L’alphabet de la poulette

A – AMP (Aide Médicale à la Procréation). L’ONG favorite de la poulette, pour laquelle elle fait du bénévolat depuis un bail.

B – Bêta Hcg. Ces p. de Bêta Hcg qui veulent jamais être positifs.

C – Clearblue. Cette connasse de Claire à qui la poulette a envie de faire bouffer ses p. de tests de m. par tous les orifices naturels.

D – Dame nature. Une autre connasse qui fait chaque mois des cadeaux de très mauvais goût.

E – Echographie. Le PQR (Plan Q Régulier) de la poulette. Au minimum 3-4 fois par mois. Rapports endo-vaginaux exclusivement.

F – FIV – (Foetus In Violette). La technique d’AMP en laquelle la poulette met tous ses espoirs.

G – Grossesse. Un événement courant de la vie. Ou de la pure science-fiction (selon que t’es une fille normale ou la poulette)

H – Hématomes (tons : du jaune au violet, au choix). La déco préférée du bide de la poulette en période de stim’.

I – Infertilité. Tssss! pas de gros mot sur ce blog, merci.

J – J1. Le jour du mois où la poulette pleure le plus.

K – Kleenex. Un compagnon de voyage fidèle de la poulette.

L – Lumière. Celle que la poulette ne voit pas (encore) au bout du tunnel.

M – Ménopause. L’ennemi n°1 de la poulette en AMP. Miracle…ce qu’il faudrait à la poulette, au point où elle en est.

N – Nullipare. L’insulte suprême.

O – Ovitrelle. Un ami qui fait bouger les choses.

P – Poulette. Votre serviteur.

Q – Quand?. La question que se pose inlassablement la poulette.

R – Rage. Celle que la poulette a. Trop.

S – Spermogramme. L’une des réjouissances spécialement réservées au coq.

T –  Terre (entière). Celle à qui la poulette en veut.

U – Utrogestan. Un ami de nidation (pour l’instant, la poulette attend encore qu’il fasse ses preuves).

V – Ventre. Là où tout se passe. Ou rien (selon que t’es une fille normale ou la poulette).

W – Wonderful world. Wonderful life. Il parait. La poulette a du mal avec le concept. Elle réclame du concret.

X – Xanax. La poulette n’y est pas encore, mais pas loin.

Y – Yay! (traduction : chouette, youpi). Interjection de série américaine. Cri de poulette série-vore quand elle a un bon oestradiol, ou de beaux follicules.

Z – Zen. Plus zen que la poulette, tu meurs.

La poulette mange des crêpes

Depuis que la poulette a créé son blog, elle a observé plusieurs types de réactions.

D’abord, il y a les fidèles, ceux qui sont là au quotidien, qui n’ont pas appris grand chose sur le blog (puisqu’ils sont au courant en temps et en heure, bien avant un éventuel article), mais qui soutiennent coûte que coûte. Ceux-là sont très peu nombreux, mais c’est justement en cela qu’ils sont précieux.

Ensuite, il y a les concernés…les copines du net, les copines de galère, qui vivent la même injustice, le même combat, qui se reconnaissent sûrement dans le blog et qui encouragent l’initiative autant qu’elles supportent le parcours. 

Ensuite encore, il y a les occasionnels, ceux qui survolent la situation, trouvent le blog sympa, se penchent dessus ponctuellement et envoient de temps à autre une petite pensée sincère. 

Enfin, il y a les absents. Ceux qui n’ont eu aucune réaction, n’ont pas plus compris (ou en tout cas, l’ont bien caché), et qui, blog ou pas blog, restent définitivement silencieux. C’est ainsi.

Et puis…il y a les inattendus. Ceux qu’on aurait pu croire dans la catégorie précédente. Ceux qui semblaient indifférents, qui ne se sont jamais trop manifesté, ou de manière très discrète, mais qui, par la lecture du blog, ont percuté et répondent présents. Ces derniers sont une bien jolie surprise.

C’est ainsi qu’un jour de repos, vers la fin-mai, entre midi, la poulette reçoit un sms lui demandant si elle est déja sortie de chez elle. La poulette avoue que, vu le temps de chiotte, entre deux averses de grêle, non, elle n’est pas encore sortie, et a du mal à trouver le courage de le faire. L’expéditeur du sms habitant dans les environs, elle imagine aussitôt le pire dehors : une catastrophe naturelle à Poulette’land. UN INCENDIE!!!!! le quartier entier pris par les flammes, le ballet aérien des canadaires…la poulette sent une odeur de brûlé dans son appartement, elle roule des serviettes humides pour calfeutrer portes et fenêtres…UNE TORNADE!!!!! les arbres arrachés, les toits qui s’envolent…la poulette entend déja le vent souffler, elle aperçoit dans le ciel le tourbillon gris, comme dans « Twister », elle court s’enfermer dans l’abri souterrain…UN TREMBLEMENT DE TERRE!!!!! les immeubles qui s’effondrent, la poussière de béton dans l’air…la  poulette voit les murs trembler, les objets tomber des étagères, elle se cache sous sa table basse. UN TSUNAMI!!!!!!  les vagues gigantesques, les voitures qui flottent dans sa rue…la poulette entend le clapotis de l’eau qui monte dans sa cage d’escalier, elle se réfugie sur le toit de son immeuble et attend l’évacuation par hélicoptère…

Et puis…ouvrant la porte de son appartement…elle découvre simplement un petit paquet sur son paillasson. Un petit paquet tout long, tout mou, accompagné d’un message : « Pour Violette, histoire de lui donner un peu de baume au coeur ». Elle ouvre le paquet : des crêpes. Mais des crêpes immenses…tellement immenses qu’elle pourrait s’en faire une cape à drapper sur son corps de poulette…des crêpes douces et moelleuses….tellement moelleuses qu’elle en prend une pour enrouler autour de son coeur, lui offrant une protection molletonnée contre les chocs qui l’attendent encore…des crêpes délicieuses avec de vrais grains de vanille, et de la fleur d’oranger…tellement délicieuses qu’elle en manque de croquer la dernière…et son coeur avec.

Soudain, le feu est éteint, le vent est tombé, le sol a fini de trembler, la mer s’est retirée.

Le blues de la poulette

31 Mai 2013.

A l’aube du mois de Juin, la poulette doit bien reconnaître qu’elle est mal barrée. Entre des ovaires narcoleptiques, un Oestradiol à la réactivité d’un diesel, des spermatos au sens de l’orientation douteux, un Dr FIV qui veut laisser passer un cycle de repos, et un coq qui part en vacances en Juillet…elle se dit qu’elle a vraiment une équipe de bras cassés. Comme à son vrai job, tiens…(oui, parce que l’AMP, c’est l’activité BENEVOLE  de la poulette , hein, qu’on soit bien d’accord…ça paraît fou, vue l’ampleur de la chose, mais la poulette n’est pas payée pour ça…). Donc, à son vrai boulot aussi, on disait, c’est joyeux. Après les aide-soignantes, c’est les puer qui s’y mettent : une en congé maternité d’une durée de 14 mois (on ne naît pas tous égaux, que veux-tu…), une qui contracte à 26SA et des brouettes, une autre qui contracte encore plus tôt, et une dernière qui se tire…;) (ndlr : la dernière qui reste, à part la poulette, elle est ménopausée…pfffiou!!!! on est sauvés!!!!…quoi que…y’a bien 2 remplaçantes…une un peu périmée, mais une jeunette à surveiller…on n’est pas à l’abri d’une nouvelle grossesse catastrophe…)…une équipe de bras cassés. Cherche pas.

13 jours après le lancement de la campagne « FIV n°1 transformée en Insémination n°5  » , la poulette ayant passé la moitié de sa journée au lit à cause d’un horrible mal de crâne, elle sait déjà que les chiffres ne seront pas concluants. Le lendemain, le résultat tombe, écrit à l’encre rouge : c’est négatif. Bon. Comme d’habitude, finalement…(Hey! what did you expect?!)

Elle a le blues, la poulette. Parce que ce qu’il faut savoir, c’est que l’AMP, c’est comme un jeu de hasard. Là déjà, quand on sait ça, ça commence mal, car la poulette n’est pas très joueuse. Non pas qu’elle n’aime pas ça, au contraire, c’est juste qu’elle n’a pas la main chanceuse. Comme pour faire un bébé (sauf que pour faire un bébé, c’est pas tout à fait la main, c’est plutôt…enfin…euh….?!). Ensuite, à ce jeu-là, quand tu perds, non seulement tu retournes à la case départ, mais en plus, tu écopes de pénalités. Tu passes ton tour, une fois, ou deux, ou trois (selon les cartes que t’as tirées : kystes aux ovaires, absence de ton coq, vacances de ton gynéco…). Hé oui! c’est l’jeu ma pauvre Lucette Poulette! et là tout de suite, la poulette se dit que s’il faut attendre jusqu’à Août, ou Septembre, elle peut direct aller se pendre dans son poulailler, avec un brin de foin. 

Elle a le blues, la poulette. Une chose est sûre, au moins : elle est totalement raccord avec le temps qu’il fait dehors. Il pleure dans son coeur, comme il pleut sur la ville…(ça, c’est Verlaine, référence littéraire n°3, ami inculte). Et là tout de suite, la poulette te laisse, il faut qu’elle aille l’essorer, son coeur. (Ndlr : penser à acheter une essoreuse automatique. C’est fatiguant, à la longue).

Va t’faire inséminer, poulette!

(Ndlr : ce billet fait suite au billet « Fivera, fivera pas »…)

C’est finalement 2 jours plus tard que la poulette va en savoir plus.

Si la campagne FIV était un peu trop ambitieuse pour les ovaires (en raison d’un trop fort traitement d’une trop forte pression qui leur avait fait perdre tous leurs moyens), lors du dernier contrôle écho débrief, ils avaient quand même de bonnes idées à exploiter. Ils en avaient 6, plus précisément : 4 bien matures, et 2 autres à mûrir encore un peu. Le plan B du patron, c’est de mettre à profit ces idées pour une autre campagne, histoire de ne pas les perdre…ce serait trop dommage. Il met donc la poulette sur le coup. Les ovaires l’ont un peu mauvaise. Dans un moment d’emportement, ils insultent même la poulette, lui disant d’aller se faire inséminer…(un peu plus tard, ils s’excuseront, confus…).

Vexée, la poulette les prend au mot. Aujourd’hui 17 Mai, elle va se faire inséminer. Pour la 5ème fois. Ou la 4ème « vraie », ça dépend comment on compte…(dans le lot, y’en a eu une un peu foireuse).

9h07. Sms de la pie du coq qui chante, matinal : « La préparation est dans la basse-cour. Je répète : la préparation est dans la basse-cour » ( le coq entre dans le jeu de la poulette. Il prend les choses avec humour…remarque : vaut mieux! ).

11h15. Départ poulailler, direction labo basse-cour. La poulette se sent un peu comme dans un remix de La Fontaine…vise un peu :

« La Poulette, ayant sniffé et piqué
Tout l’mois d’avril-mai,
Se trouva fort dépourvue
Quand la FIV fut venue :
Pas assez de folliculos
Un Oestradiol un peu faiblo.
Elle alla crier famine
Chez Dr FIV,  à l’officine,
Le priant de lui prêter
Quelqu’ovocyte pour subsister
Jusqu’à la saison nouvelle.
« Je vous paierai, lui dit-elle,
Avant l’Oût, foi d’animal,
Béta HCG au d’ssus d’la normale ».
Dr FIV n’est pas prêteur :
C’est là son moindre défaut.
Que faisiez-vous au temps chaud ?
Dit-il à son emprunteur.
– Nuit et jour à tout venant
Je fivais, ne vous déplaise.
– Vous fiviez ? j’en suis fort aise.
Eh bien! inséminez maintenant ».

Midi. Arrivée basse cour. Un peu d’attente…beaucoup de pintades qui se dandinent, de poules couvant poussin, des coqs venant parader…puis c’est son tour. Le biologiste (tu le reconnais aisément, c’est un coq en blouse blanche, qui a une crête plus grande que les autres) fait signer quelques brindilles à la poulette avant de lui remettre la préparation de grains.

Midi et quart. Retour métro. La poulette se remet en route, son précieux paquetage entre les plumes. Il faut en prendre soin, essayer de le tenir droit et de ne pas trop le chahutter…la poulette se dit que ça ne serait pas le moment qu’on lui pique son sac…(essaye un peu pour voir!)…le premier qui la bouscule, elle le réduit en brochette d’un uppercut  du bec! (boxing poulette…une poulette qui a faim de grains, c’est méchant. TRES méchant).(poulette ROUGE > mais pourquoi est-elle si MECHANTE?!!!).

13h. Arrivée cabinet Dr FIV. La poulette se met à plume et s’installe. Et là…insémination version « Haute-couture ». Un défilé en avant-première, sous contrôle échographique (même que la poulette, elle  a une place VIP…elle aperçoit le cathéter qui monte, et les petites graines équipées d’un GPS qui gravitent au fond de son utérus).

13h40. Point avec secrétaire Dr FIV. Règlement du forfait pour l’ensemble des consultations, échos, et actes médicaux de ce cycle…gloup’sss!  – caquètement de poulette choquée -. Après l’ère de la haute-couture, viendra celle de la fripperie (la p’tite bouille demandera plus tard à la poulette si elle a déja pensé aux spermatos d’occas’…mais non! NON! la poulette ne mange pas d’ce grain-là. En matière de graines de spermatos, elle a sa marque fétiche… »Maître Coq », que ça s’appelle).

13h45. Départ cabinet Dr FIV. Mission accomplie. A cet instant précis, la poulette se sent comme dans un remix de Corneille. Vise un peu :

« Nous partîmes cinq cent ; mais par un prompt renfort, nous nous vîmes trois mille 22 410 000 en arrivant au port » (comment ça, c’est quoi?…c’est « Le Cid », enfin! – oui, la poulette a des références littéraires…toi non, apparemment – ). 22 millions de grains. La poulette est rassasiée…mais elle  s’est tellement goinfrée qu’elle en a des crampes jusqu’au lendemain. Elle frise l’indigestion.

14h40. Retour poulailler. Le compte à rebours est enclenché. La poulette a 2 semaines pour fabriquer un p’tit oeuf. Enfin…2 semaines, ou bien une quarantaine…(si elle est vraiment gentille, la ferme lui accordera un délai).

Ndlr : maintenant que c’est fait, la poulette va devoir rivaliser d’ingéniosité pour faire passer le temps plus vite. Pour le lendemain, elle a déja trouvé : elle va à la nuit des insés musées.