La Fiv (Foetus In Violette) n°1 de la poulette – Etape N°3 : histoire d’embryon…

Le lendemain de la ponction, la poulette est réveillée de bonne heure. Ce matin, elle attend un coup de fil du  laboratoire  bureau, qui doit l’appeler pour lui donner les premiers résultats de la campagne FIV.

Mercredi 17 Juillet. 10h et quelques. La poulette sursaute. La sonnerie du portable retentit. C’est le labo bureau. Les nouvelles sont mitigées : sur les 4 petits ovocytes, il y a eu 2 fécondations, dont une non viable (un lot de chromosomes en trop…pfff! qu’ils sont cons ces chromosomes!!! savent même pas s’compter!!!). Donc, au final, il y a 1 embryon. 1 embryon…un petit début de vie, de quelque chose…cela la laisse songeuse. Rendez-vous demain à midi pour le transfert.

Jeudi 18 juillet. Midi. La poulette est à la clinique. Elle se dit que si elle n’a pas eu de nouvelle depuis la veille, c’est que l’embryon a du tenir…la salle d’attente est blindée. La poulette attend, attend, attend. Quand on l’appelle enfin, vers 14h, elle s’imagine que ça y est, qu’elle va pouvoir y croire…mais non. Dr FIV arrive et fait le point sur la situation : il n’y a qu’un embryon. Qualité moyenne. 4 cellules. Ni mauvais, ni exceptionnel, juste…dans la moyenne. C’est peu. C’est dommage de « consommer » une tentative de FIV sur les 4 prises en charge par la Sécu (…ça aussi, faudra qu’on en reparle…pfff!) sans être sûre que cet unique embryon ait ses chances. On lui propose donc de tenter de laisser évoluer l’embryon jusqu’au dimanche, à J5 (stade « Blastocyste »), sachant que s’il survit jusque là, on saura donc qu’il est réellement costaud, et que ça vaut réellement la peine de tenter un transfert. La poulette est donc invitée à rappeler dimanche matin, à 8h, pour savoir si l’embryon a tenu ou non.

Vendredi 19 Juillet. Rappeler dimanche…sont bien gentils, au labo bureau. Est-ce qu’ils se demandent ce qui peut passer par la tête d’une poulette et d’un coq, durant 3 jours?…la poulette se dit qu’il est inconcevable d’attendre dimanche. Si le p’tit embryon ne tient pas le coup, autant le savoir en temps et en heure. Elle appelle donc…pour le moment, tout va bien…p’tit embryon continue son développement, il a aujourd’hui 6 cellules. On lui explique qu’il est inutile de rappeler le lendemain, car il ne sera pas observé au 4ème jour. Soit.

Samedi 20 Juillet. La poulette pense à son embryon. Leur embryon. En silence.

Dimanche 21 Juillet. En décrochant son téléphone ce matin, la poulette se dit qu’avec le coq, aujourd’hui, ils vont être fixés. Son interlocutrice lui apprend que l’embryon semble s’être arrêté à 8 cellules…et qu’il faut donc attendre encore jusqu’au lendemain pour savoir. Le suspens continue.

Lundi 22 Juillet. End of the story. Le clap de fin retentit. Le p’tit embryon a définitivement stoppé son développement. Maintenant c’est sûr, la poulette peut enfin pleurer.

La Fiv (Foetus In Violette) n°1 de la poulette – Etape N°2 : Ponction

Quand la poulette part chercher des œufs (les siens, d’œufs, mais qu’elle est pas foutue de trouver toute seule…bref!), elle sait bien que tout peut encore arriver. Parce que ça a l’air simple, dit comme ça, mais ça ne l’est pas. C’est fragile, ces petites choses-là. Il faut un bon timing. C’est un peu de la cuisine. Si tu vas les chercher trop tôt, ils ne seront pas cuits à cœur, et limite indigestes. Si tu vas les chercher trop tard, ils risquent d’être brouillés (impossible alors d’y tremper une mouillette-spermatozoide). De plus, l’opération de « cueillette » est délicate : si tu bouges, à chaque instant, tu risques de faire une omelette (c’est pour ça que la poulette s’est finalement décidée pour l’anesthésie générale). Autant te dire que ce jour de ponction, la poulette n’en mène pas large.

16 Juillet. Jour J.

10h30. La poulette et le coq ont rendez-vous à la clinique à Neuilly. La poulette est à jeûn depuis la veille, minuit. Le matin, elle a eu la grande joie de se doucher à la Bétadine (et a repeint son rideau de douche en jaune-orange en même temps, super!). Elle n’a quasiment pas dormi de la nuit. Elle appréhende l’anesthésie générale. Elle a la pression, se demande si elle va s’en sortir, et comment…?!

11h. Après diverses démarches administratives, papiers, règlements, la poulette et le coq sont amenés à la chambre d’hospitalisation par un aide-soignant peu aimable. Prise de tension, remise du « kit glamour » (blouse et chaussons de bloc, charlotte,  serviette à usage unique et mini flacon de Bétadine). La poulette est invitée à refaire une petite toilette bétadinée et à se mettre en tenue de combat en attendant son heure. Elle s’exécute.

11h15. Porte qui s’ouvre. Arrivée du brancardier pour l’emmener en salle de réveil. La poulette hisse ses pattes et ses plumes sur le brancard, et hop, la voilà partie. Le coq, quant à lui, est invité à aller au laboratoire faire sa part du job (quand même! faut bien qu’il bosse un peu, lui aussi!).

11h20. Arrivée en salle de réveil. Sons familiers (scopes qui sonnent, brassards de tension qu’on détache…). La poulette discute boulot et protocole avec l’infirmière qui la perfuse, et l’infirmier anesthésiste qui l’endormira un peu plus tard. L’infirmière lui dit : « quand on vous endormira, pensez à votre plus beau voyage…vous vous réveillerez dans la même humeur… ». La poulette sent perler une larme au coin de son œil. Son plus beau voyage, l’arrivée de son enfant, elle l’attend encore et toujours.

11h45. Passage au bloc opératoire juste en face. Installation en position de combat. Il y a de la musique dans le bloc, elle entend le dernier titre des Daft Punk tandis qu’on lui place un masque à oxygène sur le bec. On attend Dr FIV.

12h (approximativement). Arrivée de Dr FIV. Salutations rapides. Et là, tout va très vite. On la découvre. On allume la lumière plein phare. L’infirmier anesthésiste dit : « je vous injecte le 1er anesthésique, vous risquez d’avoir un peu la tête qui tourne ». La poulette ne ressent pas de vertiges (ouf!) mais sa tête qui devient juste très lourde…et puis….pouf, plus rien.

12h30 (approximativement).La poulette émerge d’un coup, en pleine forme. Dr FIV est parti, la lumière est éteinte, elle est réinstallée sous son drap, on la retransfère en salle de réveil juste en face. Là, on lui apprend que tout s’est bien passé, qu’on lui a prélevé 5 follicules, et qu’on attend que le labo précise combien de petits œufs se cachaient dans ces follicules. Au bout de 5 minutes, l’infirmière enlève électrodes, capteur de saturation et brassard à tension en déclarant : « pour moi, vous êtes une femme libre! ».

12h45 (approximativement). Retour dans la chambre. Le coq, qui doit attendre le feu vert du labo pour signer les derniers papiers, n’est finalement pas encore reparti bosser. Il arrive juste au même moment. Synchros!. La poulette se sent super bien, elle a hâte de pouvoir se rhabiller, virer cette blouse d’opérée affreuse et surtout : MANGER!!! mais il faut attendre.

13h à 14h…la poulette tourne en rond dans son lit. Le coq fait des allers-retours au labo. Il revient finalement avec les résultats de la ponction : sur les 5 follicules, on a trouvé 4 petits œufs…la poulette sent à nouveau perler des larmes aux coins de ses yeux. Elle est soulagée. Elle en venait même à douter qu’on en trouve. Elle décide de se rhabiller et demande un coup de main au coq pour passer la poche de la perfusion dans la manche de ses vêtements. Quand l’infirmière arrive, elle est super étonnée de la trouver toute habillée. Sa tension est parfaite. « Vous savez quoi? je vous trouve tellement en forme que j’ai même envie de vous apporter à manger dès maintenant! ». La poulette n’y voit aucune objection…(elle est AFFAMEE!!!). Quelques instants plus tard, elle se régale d’un petit-déj bien mérité.

14h. Les rideaux volent. Un courant d’air vient de traverser la pièce. Il s’agit du médecin anesthésiste, passé pour signer sa sortie. 2 phrases, une petite griffe sur le papier, la poulette a à peine le temps d’ouvrir le bec qu’il est déjà reparti!!!

14h et quelques…après divers papiers, le coq part finir sa journée de boulot et la poulette s’installe dans les jardins de la clinique pour attendre la p’tite bouille qui doit venir la chercher (pas le droit de partir seule). Elle pense que le plus dur est passé…(naïve qu’elle est!).

La Fiv (Foetus In Violette) n°1 de la poulette – Etape N°1 : Stim’

La poulette n’a pas publié depuis un bail. Il lui a fallu un peu de temps pour digérer les évènements de Juillet et réussir à mettre des mots dessus…

Juillet 2013

Voici venu le temps (… « des rires et des chants »…oup’sss, non, on s’égare) d’attaquer la nouvelle campagne. La poulette se sent prête.

1er Juillet. Appel des principaux protagonistes : l’Oestradiol? présent! les ovaires? présents! la LH? (ndlr : une coexecutrice de l’Oestradiol, qu’on surveille d’encore plus près ce mois-ci, changement de protocole oblige…) présente!                                                                                                                                                                                                                                         Premier contrôle. Oestradiol à 118. Tout doux, tout doux…la sonde d’échographie reprend joyeusement du service… « Hey! salut, toi! ça fait longtemps qu’on s’était pas vus?! » s’exclame le v**** en l’apercevant. « Quoi de neuf? t’y vois quelqu’chose? »… « Hey! salut!  » répond la sonde. « ben écoute, ça a l’air pas mal, tout semble en ordre là-dedans!…j’reste pas, hein, j’suis pressée, on s’revoit dans une douzaine de jours? ».

4 Juillet. On est jeudi. La poulette part en week-end avec la p’tite bouille. Programme : 4-5h de covoiturage jusqu’à Bordeaux. Menu des réjouissances : le début du traitement de stim’ en soirée. Avant même de partir, en observant son matos, la poulette sait déjà que ça promet d’être folklo : nouveau traitement n’existant pas en stylo (Ménopur), ampoules et solvants à mélanger…et pas juste une ampoule, non (trop facile!), mais 4 ampoules à dissoudre dans 1,5 solvants…(elle se croirait au boulot!). 21h30…pause sur une aire d’autoroute. La poulette se lave les mains et s’enferme dans des toilettes crasseuses…déploiement de champ stérile, plateau, gants, manipulations diverses, injection…10 minutes plus tard, mission accomplie, elle ressort du bloc opératoire des toilettes épuisée, les plumes frisées sous l’effet d’un coup de chaud…les gens doivent se demander ce qu’elle a bien pu faire dans ces wc pour se mettre dans un état pareil…(!)

5-6-7 Juillet. Injections sans histoire tous les soirs dans…une caravane…(!). Si tu as fait plus original, amie fiveuse, la poulette te rembourse la différence!!! (en boites de Ménopur, seringues, aiguilles, compresses…au choix).

8 Juillet. Retour à Paris. 2ème contrôle. Taux à 130. L’Oestradiol vient tout juste d’ouvrir les yeux. Sa pote la LH, à 7,1, est réveillée depuis un moment, ils ne sont pas synchros du tout…danger! la poulette gagne donc le droit de se piquer 2 fois par jour au lieu d’une! (chouette!)

10 Juillet. 3ème contrôle. Taux à 242. L’Oestradiol est en bonne voie. A 1,4, la Lh reste bien sage grâce à sa dose quotidienne d’Orgalutran.

12 Juillet. 4ème contrôle. Taux à 490. L’Oestradiol décolle enfin, Euréka!!!! la Lh se tient à carreaux (2,6). Point avec Dr Fiv l’après-midi…la sonde d’échographie est de la partie. « Hey! comment ça va depuis la dernière fois?! »… »Ben écoute, c’est un peu faiblard, là…tes follicules sont pas aussi nombreux qu’on l’aurait espéré…5, 6…on n’aura pas plus, quoi… ». Douche froide. Les ovaires baissent les yeux, gênés…ils savent qu’ils n’ont pas été à la hauteur. La poulette est déçue.

13 juillet. 5ème contrôle. Taux à 721. L’Oestradiol grimpe, tout va bien à ce niveau-là. La lh se maintient (2,9). Rendez-vous avec Dr FIV demain pour un dernier contrôle écho débrief.

14 Juillet Matin. En sortant de sa nuit de boulot, la poulette saute dans le métro pour aller au cabinet de Dr Fiv. Jour férié. Les gens sont pas frais, ils ont festoyé. La nana qui s’assied nonchalamment devant elle et s’endort les jambes écartées a juste oublié de mettre un string sous son short en cuir ras la ****.  Elle a oublié l’épilation aussi, au passage…miam. La poulette est ravie de ce ragoûtant spectacle de bon matin. A l’arrivée, le cabinet est fermé, les volets sont clos…le patron ouvre la maison et fait chauffer l’appareil d’écho juste pour elle. On attend le verdict de la sonde d’échographie… « Bon, c’est toujours pareil, les gars, 5 follicules, on n’aura pas mieux… ». Ok. Sans surprise. Mais on y va quand même, car il faut avancer. Déclenchement prévu ce soir pour une ponction mardi matin.

14 Juillet Soir. C’est la canicule. Il fait 35°C. La poulette meurt de chaud dans son appartement ensoleillé. Avant de partir entamer sa dernière nuit de travail, elle se dit qu’il ne faut surtout pas qu’elle oublie sa boite d’Ovitrelle au frigo pour le déclenchement ce soir à 0h. Elle l’aurait bien mise dans son sac dès maintenant, mais vue la chaleur, impossible. 18h30 : la poulette part bosser. C’est en arrivant dans l’ascenseur de son Hôpital qu’elle se rend compte de la CATASTROPHE : elle a oublié sa boite d’Ovitrelle à la maison !!!!!!!! arghhhhhhhhhhh!!!!!!!!!!!! elle envoie un SOS à la p’tite bouille qui vient à son secours en rapportant la précieuse seringue à son travail. Sauvée! (merci la p’tite bouille!). A 0h pétantes, la poulette enfile sa tenue de camouflage et file se piquer au vestiaire… A 0h02, l’aiguille passe la peau pour la dernière fois. Done!