Fivera ou fivera pas, la poulette?

Avril 2013.

On l’a attendu, il est arrivé, Avril…avec son vent frais, son soleil frileux, et ses petites pluies fines…il a amené avec lui de l’espoir : celui d’un nouveau traitement, d’un nouveau protocole, d’une nouvelle chance…le coq semble patient et posé. La poulette est fébrile. Elle garde au chaud dans son ovaire droit la date du début du traitement, et dans l’ovaire gauche, celle, approximative, de la FIV…elle a organisé un communiqué de presse  alerté Interpol tout noté sur son agenda, exécuté une pirouette habile pour poser les jours qu’il faut au boulot (elle remercie, d’ailleurs, au passage, le baleineau, qui a fait exprès de contracter juste au bon moment)…au taquet, Violette. Au taquet, la poulette.

14 Avril. Début du protocole de « désensibilisation » (on shoote l’hypophyse, on met les ovaires au repos…). Le traitement se prend par voie nasale (un petit « sniff » à droite le matin, un petit « sniff » à gauche le soir…). Bouffées de chaleur et maux de tête tapent l’incruste à la maison (dédicace à la p’tite bouille : « azy, ils croivent c’est porte-ouverte, ou quoi? » -tchiiip- ;)). La poulette est comme ménopausée.

17 Avril. Consultation avec l’anesthésiste à Neuilly. Done. 10 minutes chrono. Délestage d’une somme rondelette au passage…(enfoirés). La poulette est ruinée.

29 Avril. Après 15 jours de traitement, première prise de sang, puis rendez-vous chez Dr FIV pour une échographie de contrôle. A la prise de sang, des hormones qui roupillent…chouette, c’est ce qu’on voulait. A l’écho, des ovaires qui roupillent…chouette, c’est ce qu’on voulait. La poulette est téléprogrammée.

Mai 2013.

« En Mai, fais ce qu’il te plait »… ouais. Vite fait. La poulette pourrait disserter longuement sur la notion subjective de plaisir, le fait que, dans le transpercement de l’aiguille à travers le gras de ses plumes chaque jour, il y ait une jouissance très discutable, sauf si on est une perverse à tendance masochiste…mais bon, là tout de suite, non. La poulette n’est pas d’humeur.

2 Mai. La poulette continue à sniffer…elle sniffe dans l’métro, elle sniffe dans la rue, elle sniffe dans son lit, elle sniffe au boulot…et en plus de ça, elle va pouvoir se piquer maintenant! Après la coke, l’héroine! Passez-lui un garrot. La poulette est une toxico.

6 Mai. Prise de sang. Premier contrôle après 4 jours d’injections. Oestradiol à 30. Scrogneugneu. Bon, c’est que le début. On va être patient. On va dire qu’il a posé des rtt pour faire le pont. La poulette est indulgente.

8 Mai. Jour férié. ô joie des jours fériés, un seul laboratoire ouvert dans tout Paris…la poulette traverse la ville…tout ça pour un taux pourri. Y’a pas bon. Ca dort là-dedans. NON MAIS ALLO !!!!!!!!!!!!!! T’ES UN OESTRADIOL ET TU MONTES PAS!!! ALLO, QUOI!!!!!!!!!!! (ndlr : celle-là, elle aura une durée de vie limitée, faudra l’éditer). Selon Dr FIV, la poulette fait une résistance au traitement de désensibilisation (le sniff), qui est trop fort pour elle. Le problème, c’est que si on l’arrête, on va définitivement tout foirer. Et qu’il n’existe pas de sniff moins dosé. On est coincés. La FIV est compromise. Vade retro, satanas! . La poulette se demande comment sniffer de sorte de n’avoir qu’une demi-dose de sniff…se greffer des poils du nez pour faire barrage? sniffer d’un certain angle?…(crayon, parchemin poussiéreux, pendule, bave de crapaud, incantations, schéma, compas, rapporteur, neurones qui fument…?#{^@~*§-?!). Pas trouvé. Jamais été matheuse, d’t’façon. La poulette est dépitée.

10 Mai3ème contrôle. Sortie de nuit de boulot. Tronche enfarinée. Mais…du mieux. Taux à 155. L’oestradiol ouvre un oeil. Echographie avec Dr FIV l’après-midi : l’ovaire gauche s’étire en baîllant nonchalemmant (tronche enfarinée comme sa proprio…il travaille de nuit, lui aussi?!), il prépare son p’tit-dej, tranquille (toastés, les follicules?). L’ovaire droit roupille toujours, il a l’endométriose la gueule de bois (trop fait la teuf le cycle passé., plus d’son âge). Ok. Dr FIV décide de réveiller ces mous du genoux à coup de vuvuzela dans les oreilles (on augmente les doses de stim, rhhooo, faut suivre, un peu !!!). La poulette est sourde.

13 Mai. 4ème contrôle. Taux à 539. Yihaaa. L’oestradiol est levé, il a même pris sa douche. Non, il est pas encore rasé (faut pas pousser). 19h55 : appel de Dr Fiv pour la suite des festivités. Echographie demain à l’heure du déjeuner (la poulette a du faire préciser les choses par la secrétaire de Dr FIV…quand on travaille de nuit, qu’on croque ses tartines à 15h…on n’sait plus vraiment comment on vit, y’a plus d’saison, ma pôv’ dame!)…on envoie une notification sur Facebook aux ovaires pour qu’ils soient à l’heure et présentables. La poulette est en apnée.

14 Mai. 5ème contrôle.  Déjeuner d’affaire. La poulette a un régime spécial. Elle est sonde-d’échographi-enne. C’est tellement plus savoureux. Surtout quand c’est bien  lubrifié assaisonné. En entrant dans le -biiiiiiiiiiiiiip- restaurant, ce midi, elle et Dr FIV aperçoivent tout de suite les ovaires, qui les attendent au fond. L’ovaire gauche est apprêté, il a fait un effort, mais il a des cernes. L’ovaire droit est toujours à la traîne…il s’est levé difficilement…on voit encore les traces de l’oreiller sur sa joue. Dr FIV joue franc jeu : il veut bien les garder dans son équipe, mais il va falloir qu’ils soient un peu plus sérieux. Trop de retard accumulé ce mois-ci. La campagne « FIV » leur est retirée. Dr FIV conclut en leur disant qu’ils devraient prendre exemple sur leur collègue (un certain Oestra Miol, Fiol, Diol…truc comme ça) qui, après des débuts très laborieux, commence à bien s’intégrer. D’ailleurs, la poulette a rendez-vous avec ce dernier pour faire le point demain matin. Si ses chiffres sont bons, (au moins 1000) elle négociera peut-être pour lui un CDI. En sortant du déjeuner, Dr FIV confie à la Poulette qu’il pense à un autre projet, plus soft, pour les ovaires, et qu’il la rappellera demain pour lui en parler. Ainsi, elle pourra lui raconter l’entretien du matin avec Oestra-machin chose. La poulette se dit que, quand même, à notre époque, y’en a des assistés…c’est fou, ça. Regarde les ovaires. Nourris, blanchis, un logement de fonction…et même pas capables de faire leur taf correctement. La poulette est trop blasée.

15 MaiEntretien avec l’Oestradiol. La poulette a reçu le chiffre tout frais du matin : 1427. Good job. Dommage que ses coéquipiers n’aient pas suivi son rythme. Mais quoi qu’il en soit, la poulette est très fière de lui (continuez comme ça, Mr Diol. On aura une grande mission à vous confier le mois prochain). Poignée de main. Accolade. Fin de l’entretien. Un peu plus tard dans l’après-midi, débrief avec le boss : lui aussi est très content. Même si la campagne FIV a été abandonnée, il mise beaucoup sur Diol le mois prochain. Par contre, concernant le plan B pour les ovaires, n’étant pas sûr de lui, il préfère mûrir l’idée encore un peu. Il développera en temps voulu. La poulette reste sur sa faim.

Fivera donc pas, la poulette. Pas encore pour cette fois. Rendez-vous en juin, ou en juillet, ou en août…retour à la case départ. Merci, au-revoir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *