Fiv n°2 : quand la poulette dépose les armes.

A chaque tentative, espérer. Avoir l’impression de se surpasser. Croire que ça pourrait être différent. Se rattacher aux signes. Envisager la possibilité d’un positif. Visualiser la joie de l’annonce. Imaginer la magie de la naissance. Calculer la saison, la date à laquelle il arriverait. Le sens que ça aurait. La vie qui changerait.

A la fin de chaque tentative, être désemparée. Avoir l’impression de décevoir…le coq, la p’tite bouille, l’ex-baleineau, ces gens qui soutiennent si fort, qui prient, qui espèrent tant avec nous…mais qui semblent s’éloigner peu à peu, se désinvestir, faute de savoir quoi dire, quoi faire. Essayer de repousser la question redoutée : et si ça ne marchait jamais?…

Entre deux tentatives, ressentir l’extensibilité du temps. Avoir le sentiment d’évoluer dans un monde parallèle. Se savoir vieillir. Se sentir faiblir. Se retrouver seule et minuscule face à une nouvelle gigantesque montagne à gravir. Etre lasse. Ne plus savoir où puiser la force de continuer. Mais se dire qu’on préfèrerait mourir que de vivre sans enfant…alors, continuer.

La poulette pense à ces 6 petits qu’elle a portés, puis perdus. Qui sont partis sans faire de bruit. Elle se demande pourquoi. Elle voudrait comprendre. Elle voudrait pouvoir faire plus. Elle se sent impuissante.

17 réflexions sur “Fiv n°2 : quand la poulette dépose les armes.

  1. Cette bataille est tellement dure. On sait pourquoi on se bat, mais on sait pas combien de temps cette guerre va durer et on est pas sûrs de gagner. Et quand on perd une bataille, on sait que la guerre n’est pas perdue meme si on doute, mais on ne sait même pas pourquoi on s’est pris une raclée, alors qu’on avait des armes exceptionnelles. Ne pas savoir, ne rien maîtriser, juste se battre. Ce n’est pas facile de garder encore de la force et elle s’affaiblit.
    Plein de bisous

    • Non, Zapette…on n’est pas sûrs de gagner…c’est bien ça le problème.
      Heureusement les réussites, même tardives (je pense notamment ces jours-ci à 28JEDB), de certaines d’entre vous, donnent un peu d’espoir.

  2. Ma chère Violette, bien sûr je suis incapable de t’apporter les réponses que tu aimerais tellement avoir, connaître, comprendre. A défaut de ces réponses, je partage ta peine et ta tristesse, mais pour autant, je veux que tu saches qu’on est là, que je suis là auprès de toi, pour t’aider à soulever ces montagnes, à gravir chacun de ces échelons, pour dépasser chacune de ses étapes pour finalement toucher au but et que ce(s) bébé(s) dont toi et le coq avez tant envie voi(en)t enfin le jour. Je sais à quel point tu seras une maman extraordinaire. Step by step, prends le temps de t’effondrer, de pleurer, d’accuser le coup et la douleur et le chemin se tracera doucement. Je t’embrasse fort…

    • Merci Nounette, pour ton soutien sans faille…je n’ai pas beaucoup de mots aujourd’hui, mais je t’en suis très reconnaissante.

  3. Tu m’as dit un jour que tu m’as »tombais du mauvais côté des statistiques ». Statistiquement, cela ne peut pas durer… J’espère que tu te releveras une fois encore, pour continuer cette cruelle bataille, et que tu tomberas enfin du bon côté…
    Des bises Poulette, grosses grosses pensées pour toi…

  4. Ce message j’aurai pu l’écrire… Que de vérités dans tes propos…
    Par contre, je me demande qu’est ce qui fait que tu l’aies écrit maintenant, en plein DPO post TEC ?
    Est ce que tout va bien ?

    • Ton post m’a tellement parlé que je me suis permise de le partager sur ma page facebook.
      Si cela t’embête n’hésite pas à me le dire, je supprimerai mon message.

    • En fait, Titine, je ne suis plus en DPO, j’ai écrit ce message après avoir eu le résultat négatif…:(
      Il n’y a pas de souci pour le partage sur ta page FB.

      • Merde fait chier…
        Ton précédent post où tu parlais de ton TEC ne me semblait pas si « vieux » alors je pensais peut-etre que tu avais peut-etre « seulement » un petit coup au moral… Je suis vraiment désolée pour toi… Je ne sais que trop bien combien les échecs sont dévastateurs…
        Le temps vous aidera à retrouver la force…
        En attendant, perso ma « méthode » : une soirée bien arrosée (même à deux), avec un repas bien salé-gras-sucré (peut-etre pas tout dans le même aliment !), un scotchage devant une série débile, une grasse mat’ et un cramage de CB le lendemain. On est d’accord que le tout n’est pas à renouveler ! 😉

        • Alors…la soirée alcoolisée, la poulette migraineuse va s’abstenir…un bon repas, je me suis fait livrer des sushis le soir de mon négatif, quitte à ne pas être enceinte, autant bouffer des choses interdites aux femmes enceintes! ; la série débile, c’est fait ; la grasse-mat aussi ; le crâmage de CB, ben…étant donné que les Fiv coûtent un bras (une patte), on va plutôt commencer à rassembler nos maigres économies pour la prochaine…
          Dis-moi Titine, tu n’as pas de blog? c’est quoi ton parcours à toi?

          • Non pas de blog, pas le courage… trop peur d’être ennuyeuse et de ne pas être lu… et puis de toute façon maintenant c’est un peu « tard », nous arrivons presque à la fin de notre parcours PMA…
            Petit résumé : Moi RAS, mon homme OATS
            2 FIV (ICSI) + 5 TEC => au total 11 embryons J2/3 transférés, — jamais aucune accroche
            une 3ème FIV (IMSI) avec culture prolongée , 2 blasto transférés => +++ mais arrêt de la grossesse à 5SG, Cyt*tec inefficace, aspiration
            Là il nous reste 1 J6 sur la banquise, pour l’instant on récupère moralement du dernier échec….
            Voili voilou, si tu as des questions n’hésite pas à m’envoyer un petit mail.
            Je suis de tout cœur avec toi. C’est difficile ce qu’on vit.
            Plein de bisous virtuels :-*

  5. Ooh…comme je suis désolée de voir ta tristesse… . Toi qui me soutiens toujours, qui est toujours là pour m’encourager, je sais qu’un jour ta gentillesse et ta présence continuelle seront récompensées. Il ne peut en être autrement.
    Je sais que pour le moment il est bien difficile pour toi de t’imaginer un avenir heureux et ce serait très bête de ma part de te dire qu’il faut te ressaisir, je te dirais plutôt de prendre le temps d’encaisser, encore, et de reprendre des forces. Chaque échec nous rapproche de la réussite. La réussite est au bout, je veux y croire pour toi. Je t’embrasse très très fort et suis là si tu as besoin de quoi que ce soit.

    • Merci pour ton gentil commentaire…
      Parfois, on a au contraire l’impression que chaque échec nous éloigne de la réussite…c’est le plus dur. Continuer de garder l’espoir, malgré tout.
      Bises à toi!

  6. C’est terrible d’y croire, de se battre, de tout donner, de puiser dans ses réserves et de voir tout s’écrouler… Courage Violette, un monde entier de PMettes solidaires sont avec (derrière) toi. Tu as encore du chemin et des chances, rien n’est perdu: accroche toi!

  7. Je n’avais pas eu le temps de passer ici te dire à quel point je suis triste de ce résultat. J’ai tellement espéré pour toi et j’imagine comment ça doit être difficile de continuer d’avancer. Saches qu’on ne se lasse pas et quoiqu’il arrive je resterai derrière toi jusqu’à ce jour où les larmes couleront mais de joie car enfin la vie t’offrira ce merveilleux cadeau que tu mérites tant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *