La Fiv n°2 de la poulette – Ponction

Samedi 15 Février 2014. La poulette et le coq sont sur le pied de guerre. Il avancent ensemble vers leur destinée. Cette bataille-là, ils la mènent côte à côte pour la troisième fois.

Trois fois à se retrouver sur le chemin de cette clinique, à enregistrer leurs noms à l’accueil, à régler des honoraires , à présenter des justificatifs, à recevoir des étiquettes (pour la peine, le coq peut se gratter pour en avoir à son nom, c’est celui de la poulette qui sera écrit en gros)…trois fois à monter au 2ème étage, à s’installer dans une chambre, à écouter les consignes d’usage, à remplir des papiers…trois fois, pour la poulette, à se bétadiner les plumes, à enfiler la tenue de combat bleue foncée, les chaussons de papier blanc sur les pattes, la charlotte sur la crête…trois fois à attendre chacun leur heure aussi calmement que possible, l’appel du labo pour l’un, le brancardier pour l’autre…

Trois fois, pour la poulette, à s’étendre à moitié à plumes sur le brancard, à voir défiler les étages en position horizontale dans l’ascenseur, à saluer l’infirmière de la salle de réveil qui la préparera et qu’elle reconnaitra de la dernière ponction. Trois fois à tendre sa patte gauche pour y accueillir le brassard du tensiomètre, sa patte droite pour y accueillir une perfusion, puis à attendre son tour en priant le Dieu des poulettes que tout se passe au mieux.

Trois fois à voir son brancard franchir la porte du bloc opératoire, à s’installer sur la table des hostilités, à répondre aux dernières questions, à formuler quelques requêtes à l’anesthésiste qui l’endormira, à voir arriver Dr Fiv entre les mains duquel elle met l’espoir de sa vie, à s’entendre dire « à tout à l’heure », à sentir sa tête devenir lourde et à laisser le néant l’emporter.

Trois fois à se réveiller en salle de réveil, détendue, avec la sensation d’un très long sommeil, à se faire la réflexion qu’elle est finalement toujours en vie, à demander à l’infirmière (qui ne sait pas encore…) « combien »…

Trois fois à être reconduite dans sa chambre, à retrouver le coq, à attendre ensemble les nouvelles avec espoir mais appréhension…

Mais une seule fois à apprendre qu’il y a eu 12 petits œufs ponctionnés…

Une seule fois, à se sentir un peu vaseuse, à vomir son p’tit-dej dans les toilettes de la clinique, puis le rien qu’il restait sur le quai de la ligne 2 (chez Flamby la poulette, ils ont mis des languettes une option sur tous les pots le métro…pour démouler vomito c’est plus rigolo!), à dormir pendant 12h, épuisée par cette bataille intense…

Une seule fois à entendre qu’il y a 7 petits embryons de poussins qui commencent doucement leur vie au laboratoire, et qui, peut-être, auront envie de s’accrocher jusqu’à mardi.

Petite victoire, encore. Fin de la bataille…sursis de 2-3 jours avant la prochaine.

14 réflexions sur “La Fiv n°2 de la poulette – Ponction

  1. Oulala, 7 oeufs de caille au frigo, allez, les petits, divisez vous, aimez vous car on vous aime plus que tout au monde!
    Et que vous êtes attendus comme le Messie (et même mieux encore).
    Allez les petits, on compte sur vous!
    Passez moi un coup de fil quand vous sortez du frigo, on veut tout savoir.

  2. Mon Dieu, ça parait tellement horrible cette ponction, je t’admire vraiment, et d’ailleurs toutes les filles qui ont à passer par la FIV. Ici dans ma clinique, ils font les FIV sous anesthésie locale, j’ai cru comprendre que c’était pas facile d’obtenir l’AG, mais je pense que c’est quand-même mieux de ne pas vivre aussi le moment de la ponction, ça a l’air déjà angoissant comme ça… Bon la finalité c’est quand-même ça le plus important, et 7 embryons pour le moment ça a l’air plutôt bien non?
    Repose toi bien, fais-toi bien chouchouter et bon courage pour le transfert. Bisous

    • Merci, Poulette! 😉
      En fait, je ne trouve pas que la ponction soit si horrible (sincèrement). C’est une expérience étrange, mais il y a pire. L’AG, même si ça peut être quelque peu angoissant, permet de ne pas souffrir (et accessoirement, aussi, de ne pas bouger…), on souffre déjà bien assez pour tout le reste en pma. Avant de commencer les Fiv, j’étais plutôt en faveur de l’anesthésie locale, mais finalement, jamais je ne voudrais le faire autrement qu’en AG.
      Sinon, 7 embryons c’est effectivement très bien! bises à toi!

    • Merci Miss Impatiente! joli résultat, oui, une belle tentative! j’ai bien récupéré, tout va bien! :)
      Merci pour tes croisages, prends soin de toi, bises!

  3. C’est pleine d’espoir pour vous que je patiente à vos côtés. Je croise tout ce que je peux ici et ailleurs. Et s’il faut se fâcher pas de souci : C’EST VOTRE TOUR!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *