La poulette et la fête des (non) mères

Il est certains jours de l’année qui font plus mal que les autres…ceux qui prennent tout leur sens avec l’enfant : son anniversaire…Noël…la Fête des mères…

Aujourd’hui, c’est la Fête des mères…ouvrant son Facebook avec son café matinal, la poulette est assaillie de statuts souhaitant « bonne fête à toutes les mamans », citations sur la « fierté d’être mère » et autres guimauveries du genre…elle en avale son café de travers.

La poulette pense à la p’tite bouille et à la maman qu’elle sera un jour…elle pense à ses collègues et amies qui vivent en ce jour leur première fête des mères avec leur enfant ; elle pense à cette autre collègue, un peu perdue, qui devra bientôt décider si elle la fêtera ou non d’ici un an…elle pense à toutes ces mamans croisées au boulot, qui la fêteront en famille…elle pense à toutes les « copines » en attente, comme elle, pour qui cette journée est remplie du vide et de l’absence de cet enfant qui n’est pas.

La poulette verse une larme sur un petit sms doux de la p’tite bouille, qui n’a pas besoin qu’elle le lui dise pour savoir combien ce jour peut être douloureux.

Aujourd’hui, c’est la Fête des mères…pour la poulette, c’est surtout la Fête des non-mères, et c’est pas qu’aujourd’hui, mais tous les jours de l’année.

 

 

14 réflexions sur “La poulette et la fête des (non) mères

  1. Des bisous pluvieux du pays basque ma Vio. Je comprends bien comme cette journée doit être difficile à vivre et combien les messages facebook ont du faire écho à ce douloureux vide. Je t’embrasse fort et pense bien à toi, à très vite <3

  2. J’ai machinalement ouvert FB à un moment de la journée. Et refermé très vite. Car non, cette année, encore, je ne fais pas partie de ces « mères » à célébrer. Un jour peut-être… Ou pas, comment savoir. Et malheureusement ma mère étant malade aujourd’hui d’une de ces maladies de la vieillesse terriblement triste, cette journée est aussi triste de ce côté là pour moi. Alors espérer des lendemains meilleurs, un jour… et attendre demain que cette journée de gloire matriarcale soit passée… Car quand on n’en fait pas partie et que ce n’est pas un choix, c’est dur. Et parce que la journée de l’infertilité, le 23 mai, on en parle beaucoup moins…

    • Oui, Apo… »ou pas…comment savoir? »…c’est peut-être ça le pire. L’incertitude. Si demain quelqu’un nous disait : « tu y arriveras, un jour. Sois tranquille, tu y arriveras »…je crois que ce serait beaucoup plus facile.
      Je pense bien à toi et j’espère des lendemains meilleurs avec toi.

  3. On galère. Mais j’ai bon espoir qu’un jour on sache savourer tous les petits bonheurs qui nous seront offerts…
    D’ici là Poulette des gros bisous, tu n’es pas seule…

  4. Vio, je sais que je suis mal placée parce que pour moi ça été relativement simple mais j’ose imaginer comme cette journée a du être éprouvante. Alors je viens sur la pointe des pieds déposer des bisous, du courage, de l’espoir, de l’optimisme. Je pense à toi très souvent et j’aime imaginer ce jour où tu nous annonceras que toi aussi tu vas devenir maman, une maman merveilleuse j’en suis sure. Je t’embrasse affectueusement.

    • Merci Zaz…les bisous, le courage, l’espoir, l’optimisme…je prends tout, et j’essaie de garder la tête hors de l’eau.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *