La poulette mange des crêpes

Depuis que la poulette a créé son blog, elle a observé plusieurs types de réactions.

D’abord, il y a les fidèles, ceux qui sont là au quotidien, qui n’ont pas appris grand chose sur le blog (puisqu’ils sont au courant en temps et en heure, bien avant un éventuel article), mais qui soutiennent coûte que coûte. Ceux-là sont très peu nombreux, mais c’est justement en cela qu’ils sont précieux.

Ensuite, il y a les concernés…les copines du net, les copines de galère, qui vivent la même injustice, le même combat, qui se reconnaissent sûrement dans le blog et qui encouragent l’initiative autant qu’elles supportent le parcours. 

Ensuite encore, il y a les occasionnels, ceux qui survolent la situation, trouvent le blog sympa, se penchent dessus ponctuellement et envoient de temps à autre une petite pensée sincère. 

Enfin, il y a les absents. Ceux qui n’ont eu aucune réaction, n’ont pas plus compris (ou en tout cas, l’ont bien caché), et qui, blog ou pas blog, restent définitivement silencieux. C’est ainsi.

Et puis…il y a les inattendus. Ceux qu’on aurait pu croire dans la catégorie précédente. Ceux qui semblaient indifférents, qui ne se sont jamais trop manifesté, ou de manière très discrète, mais qui, par la lecture du blog, ont percuté et répondent présents. Ces derniers sont une bien jolie surprise.

C’est ainsi qu’un jour de repos, vers la fin-mai, entre midi, la poulette reçoit un sms lui demandant si elle est déja sortie de chez elle. La poulette avoue que, vu le temps de chiotte, entre deux averses de grêle, non, elle n’est pas encore sortie, et a du mal à trouver le courage de le faire. L’expéditeur du sms habitant dans les environs, elle imagine aussitôt le pire dehors : une catastrophe naturelle à Poulette’land. UN INCENDIE!!!!! le quartier entier pris par les flammes, le ballet aérien des canadaires…la poulette sent une odeur de brûlé dans son appartement, elle roule des serviettes humides pour calfeutrer portes et fenêtres…UNE TORNADE!!!!! les arbres arrachés, les toits qui s’envolent…la poulette entend déja le vent souffler, elle aperçoit dans le ciel le tourbillon gris, comme dans « Twister », elle court s’enfermer dans l’abri souterrain…UN TREMBLEMENT DE TERRE!!!!! les immeubles qui s’effondrent, la poussière de béton dans l’air…la  poulette voit les murs trembler, les objets tomber des étagères, elle se cache sous sa table basse. UN TSUNAMI!!!!!!  les vagues gigantesques, les voitures qui flottent dans sa rue…la poulette entend le clapotis de l’eau qui monte dans sa cage d’escalier, elle se réfugie sur le toit de son immeuble et attend l’évacuation par hélicoptère…

Et puis…ouvrant la porte de son appartement…elle découvre simplement un petit paquet sur son paillasson. Un petit paquet tout long, tout mou, accompagné d’un message : « Pour Violette, histoire de lui donner un peu de baume au coeur ». Elle ouvre le paquet : des crêpes. Mais des crêpes immenses…tellement immenses qu’elle pourrait s’en faire une cape à drapper sur son corps de poulette…des crêpes douces et moelleuses….tellement moelleuses qu’elle en prend une pour enrouler autour de son coeur, lui offrant une protection molletonnée contre les chocs qui l’attendent encore…des crêpes délicieuses avec de vrais grains de vanille, et de la fleur d’oranger…tellement délicieuses qu’elle en manque de croquer la dernière…et son coeur avec.

Soudain, le feu est éteint, le vent est tombé, le sol a fini de trembler, la mer s’est retirée.

4 réflexions sur “La poulette mange des crêpes

  1. Violette, moi je n’écris pas souvent (et pourquoi d’abord ?), mais c’est vrai, je passe te lire, très souvent…
    Et je pense à toi, encore plus souvent !

  2. Et ben moi, je le trouve tres beau ce poste. Et j’imagine toute cette poesie plantée entre deux cages à poulettes bien salvatrice.
    Continue…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *