Les « essais » de la poulette

Pendant plus d’un an, tous les mois, sans relâche, ils vivent au rythme des « essais »…plus de vacances, plus de week-end plannifiés à l’avance…impossible. Elle, scruttant, chaque cycle, les signes envoyés par son corps, devenant une experte de la glaire cervicale (!), une pro des tests d’ovulation, le cerveau fonctionnant plus en « J11- J12 – J13- J14 » qu’en jours du mois, jonglant entre les nuits de travail et les périodes propices aux « essais »…lui, écumant les sites internet à la découverte du fonctionnement fascinant de l’appareil reproducteur féminin, et à la merci du sms sur son téléphone portable qui lui dirait : « c’est positif! c’est le moment! »…la valse glamour des p’tits pots et de la pipette…chez elle, chez lui…à midi, et à minuit…(au soleil, sous la pluie…;) )…puis, à chaque fois, les 2 semaines suivantes, l’attente infernale, le doute, l’espoir, le « psychotage »…et finalement, au bout du compte à rebours…l’éternelle cruelle déception. Rouge vif, la déception.

Après plus d’un an d’essai, autant de « ça va venir, y’a pas de raison » « faut l’temps qu’ça prenne », des remèdes de grand-mères, des « techniques » diverses (non, vous voulez pas VRAIMENT savoir…?!!), plusieurs bilans hormonaux (papiers en règle, circulez, tout va bien), une hystérosalpingographie (trompettes perméables, tout va également bien), de multiples échographies endovaginales (entrez! c’est porte-ouverte!…tout va toujours bien), un nouveau spermogramme (allez les petits, aujourd’hui on part en balade!…tout va encore bien), et 3 tests de Hünher (négatifs, le gros mystère des spermatozoides fantômes…là ça va plus très bien…)…après tout ça, la seule conclusion à tirer est tirée : ça ne vient pas, et ça ne viendra pas. Il va falloir changer de stratégie.

Une réflexion sur “Les « essais » de la poulette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *