La Fiv (Foetus In Violette) de la Poulette, Saison n°1 Bis, Actes 1 et 2

Pas la peine de le lui dire…elle le sait, la poulette….elle le sait, que ça fait longtemps qu’elle n’a pas écrit, qu’elle n’est pas très assidue…d’ailleurs, y’a même des fans qui s’inquiètent, qui déclenchent des alertes enlèvement  envoient des mails pour demander de ses nouvelles…(si si! vrai de vrai!)

Mais figure-toi que si elle n’a pas écrit, la poulette, c’est parce qu’elle était en grève. Oui, parfaitement, en grève. En grève contre les scénaristes parce qu’en fait, elle ne te l’a pas dit mais tout ça, c’est une série à rebondissements, une pièce de théâtre en plusieurs actes…après la clôture de la saison précédente en juillet dernier, elle commençait à en avoir marre, de ce personnage de maaarde, de cette Looseuse poulette…elle, de temps en temps, elle aimerait bien être une Wonder poulette! voui! Alors elle les a menacés de ne pas rempiler pour une nouvelle saison tant qu’ils ne feraient pas un effort. Et ils ont promis de voir ce qu’ils pouvaient faire.

Sur ces bons sentiments, la poulette a consenti à re-signer pour d’autres aventures. Mais elle a mis ses conditions : une fin de saison explosive. Un happy end. Et c’est non négociable. Elle est donc partie pour une nouvelle campagne. Les protagonistes sont les mêmes : la Poulette, le Coq, Dr Fiv, les Ovaires, Mr Oestra Diol, Mme Lh, Miss Sond’écho…et un petit nouveau appelé en renfort, rencontré par la poulette en Septembre, Dr Acupuncture. A priori, aucun personnage ne devrait mourir en cours de saison…( mais bon on sait pas, si des fois la poulette les épuisait trop)…

8 Octobre. Lancement de la campagne FIV n°1 Bis.  Reprise des tournages. L’équipe est réunie mais il fait froid sur le plateau. Pour réchauffer l’atmosphère et recruter le plus de follicules figurants possible, Dr Fiv propose à la poulette de reprendre le « snif »…elle s’exécute tout en bossant d’arrache-pieds. (sniffer en travaillant, la la la la la la la, c’est un bon stimulant qui vous rend le cœur plus vaillant… x). Son rôle à elle, c’est de gérer tout ce petit monde d’une main de maître.

21 Octobre. Point avec Dr Fiv. Ce matin à l’aube, Oestra Diol  en est à la scène « 16 ». C’est satisfaisant à ce stade où, justement, il ne devait surtout pas avancer trop vite. Miss Sond’écho, quant à elle, a supervisé les ovaires qui, pour cette première scène du script, avaient un rôle muet…interprété à la perfection. Du coup, toutes les conditions sont réunies pour passer au deuxième acte de la campagne.

24 Octobre. Acte 2, première prise. Clap. Dr acupuncture est intervenu pour briefer tout le monde, notamment les ovaires. Et Mme Lh, qui a été prévenue qu’elle ne devrait entrer en scène qu’au final. Le rythme est soutenu sur le plateau, la poulette doit se shooter à coups de 450 Ui de Ménopur par jour, sans repos hebdomadaire. Dur.

28 Octobre. Après 5 jours de tournage, petit point : Oestradiol interprète la scène »82″. Il se met en jambes tout doucement. Faut continuer sur cette lancée.

30 Octobre. Bientôt Halloween. Mr Oestra Diol s’est déguisé, mais on l’a reconnu sous sa cape de zombie, il était à la scène « 212 », et s’en sortait plutôt pas mal, sous le regard bienveillant de Mme Lh qui restait cachée derrière au cas où, pour souffler le texte.

1er Novembre. Débrief avec Dr Fiv et Miss Sond’écho : tout va bien. Pour Sond’écho, les ovaires ont une progression correcte. Elle distribue ses follicules bons points : 2 ou 3 pour l’ovaire droit…il est un peu faiblard, et semble avoir choppé un méchant truc (l’endométriose) qui le ralentit énormément (il fait ce qu’il peut, le pauvre…). 7 ou 8 pour l’ovaire gauche qui est un bon travailleur et doit poursuivre ses efforts.

2 Novembre. Scène « 592 ». La poulette  est fière de son équipe, les prises s’enchainent avec brio. Dr Fiv aussi. On continue.

4 Novembre. Scène « 846 ». On avance, mais aujourd’hui…la poulette est un peu déçue et pleine de doute…elle trouve que son équipe a pris du retard sur le timing. Elle avait espéré dépasser la scène « 1000 ». Elle a peur que le tournage foire à tout moment. Angoisse.

5 Novembre. Répétition générale avec Dr Fiv, qui se dit confiant de l’avancée des opérations. Miss Sond’écho est convoquée pour donner son avis d’experte : elle passe en revue les scènes jouées par les ovaires. L’ovaire gauche est réceptif et coopérant, il garde ses 7-8 follicules bons points. L’ovaire droit reste à la traîne avec ses 2. On s’en contentera. Mme Lh, qui jusqu’ici n’avait qu’un rôle de figurante, est invitée à monter sur les planches pour la scène finale (comme elle a le trac, un assistant lui fait avaler de l’Ovitrelle, un stimulant, pour lui donner du courage).  A la fin de la journée, tout le monde est prêt pour passer au 3ème acte, dont le tournage est plannifié pour Jeudi 7 Novembre.

 

La poulette remotive ses troupes

Mon premier est un accessoire de jeu dont les faces sont numérotées.

Mon second est un instrument utilisé pour fendre le bois.

Quand on est précautionneux, on peut marcher sur mon troisième.

Mon 4ème commence l’alphabet.

Mon tout est le nom du dernier traitement de la poulette, depuis fin-juillet 2013, et ce pour une durée approximative de 3 mois, avec l’espoir de remotiver ses  gros glandus de  collaborateurs les ovaires.

T’as trouvé ?

(toi aussi, joue avec la poulette! envoie ta réponse en com’! 😉 )

Parce que le truc, c’est qu’après débrief complet des opérations de juillet dernier, Dr Fiv et la poulette se sont rendus compte que les ovaires cachaient bien leur jeu. Ils font illusion. Quand on interroge leurs collègues directs ( Melle FSH, Mr Oestradiol, Mme AMH, Mme Lh, Mme Progestérone…) ils donnent vraiment l’apparence de bosser normalement. (« Normalement »…on s’entend : ils n’ont plus la fougue de leur jeunesse, mais ils sont encore capables d’assurer). Et puis quand on les regarde à l’écho à l’irm d’un peu plus près, on voit qu’en fait, ils se la coulent douce. Ils ne donnent même pas la moitié de ce qu’ils seraient capables de donner…et quand la poulette voit ça, elle a un peu les boules. Car elle, elle ne les ménage pas, ses efforts, elle se donne corps et âme sur chaque campagne, sans relâche. Alors elle aimerait bien qu’ils fassent preuve d’autant d’enthousiasme qu’elle.

C’est pourquoi lorsque Dr Fiv lui a proposé, fin-juillet, en plein deuil d’embryon, de tenter cette nouvelle médication stratégie destinée à booster son équipe en vue de la prochaine campagne, la poulette a immédiatement été partante. Elle a même eu l’immense joie (1) d’apprendre qu’en même temps, ça allait booster sa libido…bon bon bon…ça lui fait une belle patte, ça…(doit-elle rappeler qu’elle est une poulette…SANS COQ -du moins, « charmant »-?!).

(1) Ndlr  : ironie…tu connais?!

 

La Fiv (Foetus In Violette) n°1 de la poulette – Etape N°3 : histoire d’embryon…

Le lendemain de la ponction, la poulette est réveillée de bonne heure. Ce matin, elle attend un coup de fil du  laboratoire  bureau, qui doit l’appeler pour lui donner les premiers résultats de la campagne FIV.

Mercredi 17 Juillet. 10h et quelques. La poulette sursaute. La sonnerie du portable retentit. C’est le labo bureau. Les nouvelles sont mitigées : sur les 4 petits ovocytes, il y a eu 2 fécondations, dont une non viable (un lot de chromosomes en trop…pfff! qu’ils sont cons ces chromosomes!!! savent même pas s’compter!!!). Donc, au final, il y a 1 embryon. 1 embryon…un petit début de vie, de quelque chose…cela la laisse songeuse. Rendez-vous demain à midi pour le transfert.

Jeudi 18 juillet. Midi. La poulette est à la clinique. Elle se dit que si elle n’a pas eu de nouvelle depuis la veille, c’est que l’embryon a du tenir…la salle d’attente est blindée. La poulette attend, attend, attend. Quand on l’appelle enfin, vers 14h, elle s’imagine que ça y est, qu’elle va pouvoir y croire…mais non. Dr FIV arrive et fait le point sur la situation : il n’y a qu’un embryon. Qualité moyenne. 4 cellules. Ni mauvais, ni exceptionnel, juste…dans la moyenne. C’est peu. C’est dommage de « consommer » une tentative de FIV sur les 4 prises en charge par la Sécu (…ça aussi, faudra qu’on en reparle…pfff!) sans être sûre que cet unique embryon ait ses chances. On lui propose donc de tenter de laisser évoluer l’embryon jusqu’au dimanche, à J5 (stade « Blastocyste »), sachant que s’il survit jusque là, on saura donc qu’il est réellement costaud, et que ça vaut réellement la peine de tenter un transfert. La poulette est donc invitée à rappeler dimanche matin, à 8h, pour savoir si l’embryon a tenu ou non.

Vendredi 19 Juillet. Rappeler dimanche…sont bien gentils, au labo bureau. Est-ce qu’ils se demandent ce qui peut passer par la tête d’une poulette et d’un coq, durant 3 jours?…la poulette se dit qu’il est inconcevable d’attendre dimanche. Si le p’tit embryon ne tient pas le coup, autant le savoir en temps et en heure. Elle appelle donc…pour le moment, tout va bien…p’tit embryon continue son développement, il a aujourd’hui 6 cellules. On lui explique qu’il est inutile de rappeler le lendemain, car il ne sera pas observé au 4ème jour. Soit.

Samedi 20 Juillet. La poulette pense à son embryon. Leur embryon. En silence.

Dimanche 21 Juillet. En décrochant son téléphone ce matin, la poulette se dit qu’avec le coq, aujourd’hui, ils vont être fixés. Son interlocutrice lui apprend que l’embryon semble s’être arrêté à 8 cellules…et qu’il faut donc attendre encore jusqu’au lendemain pour savoir. Le suspens continue.

Lundi 22 Juillet. End of the story. Le clap de fin retentit. Le p’tit embryon a définitivement stoppé son développement. Maintenant c’est sûr, la poulette peut enfin pleurer.

La Fiv (Foetus In Violette) n°1 de la poulette – Etape N°2 : Ponction

Quand la poulette part chercher des œufs (les siens, d’œufs, mais qu’elle est pas foutue de trouver toute seule…bref!), elle sait bien que tout peut encore arriver. Parce que ça a l’air simple, dit comme ça, mais ça ne l’est pas. C’est fragile, ces petites choses-là. Il faut un bon timing. C’est un peu de la cuisine. Si tu vas les chercher trop tôt, ils ne seront pas cuits à cœur, et limite indigestes. Si tu vas les chercher trop tard, ils risquent d’être brouillés (impossible alors d’y tremper une mouillette-spermatozoide). De plus, l’opération de « cueillette » est délicate : si tu bouges, à chaque instant, tu risques de faire une omelette (c’est pour ça que la poulette s’est finalement décidée pour l’anesthésie générale). Autant te dire que ce jour de ponction, la poulette n’en mène pas large.

16 Juillet. Jour J.

10h30. La poulette et le coq ont rendez-vous à la clinique à Neuilly. La poulette est à jeûn depuis la veille, minuit. Le matin, elle a eu la grande joie de se doucher à la Bétadine (et a repeint son rideau de douche en jaune-orange en même temps, super!). Elle n’a quasiment pas dormi de la nuit. Elle appréhende l’anesthésie générale. Elle a la pression, se demande si elle va s’en sortir, et comment…?!

11h. Après diverses démarches administratives, papiers, règlements, la poulette et le coq sont amenés à la chambre d’hospitalisation par un aide-soignant peu aimable. Prise de tension, remise du « kit glamour » (blouse et chaussons de bloc, charlotte,  serviette à usage unique et mini flacon de Bétadine). La poulette est invitée à refaire une petite toilette bétadinée et à se mettre en tenue de combat en attendant son heure. Elle s’exécute.

11h15. Porte qui s’ouvre. Arrivée du brancardier pour l’emmener en salle de réveil. La poulette hisse ses pattes et ses plumes sur le brancard, et hop, la voilà partie. Le coq, quant à lui, est invité à aller au laboratoire faire sa part du job (quand même! faut bien qu’il bosse un peu, lui aussi!).

11h20. Arrivée en salle de réveil. Sons familiers (scopes qui sonnent, brassards de tension qu’on détache…). La poulette discute boulot et protocole avec l’infirmière qui la perfuse, et l’infirmier anesthésiste qui l’endormira un peu plus tard. L’infirmière lui dit : « quand on vous endormira, pensez à votre plus beau voyage…vous vous réveillerez dans la même humeur… ». La poulette sent perler une larme au coin de son œil. Son plus beau voyage, l’arrivée de son enfant, elle l’attend encore et toujours.

11h45. Passage au bloc opératoire juste en face. Installation en position de combat. Il y a de la musique dans le bloc, elle entend le dernier titre des Daft Punk tandis qu’on lui place un masque à oxygène sur le bec. On attend Dr FIV.

12h (approximativement). Arrivée de Dr FIV. Salutations rapides. Et là, tout va très vite. On la découvre. On allume la lumière plein phare. L’infirmier anesthésiste dit : « je vous injecte le 1er anesthésique, vous risquez d’avoir un peu la tête qui tourne ». La poulette ne ressent pas de vertiges (ouf!) mais sa tête qui devient juste très lourde…et puis….pouf, plus rien.

12h30 (approximativement).La poulette émerge d’un coup, en pleine forme. Dr FIV est parti, la lumière est éteinte, elle est réinstallée sous son drap, on la retransfère en salle de réveil juste en face. Là, on lui apprend que tout s’est bien passé, qu’on lui a prélevé 5 follicules, et qu’on attend que le labo précise combien de petits œufs se cachaient dans ces follicules. Au bout de 5 minutes, l’infirmière enlève électrodes, capteur de saturation et brassard à tension en déclarant : « pour moi, vous êtes une femme libre! ».

12h45 (approximativement). Retour dans la chambre. Le coq, qui doit attendre le feu vert du labo pour signer les derniers papiers, n’est finalement pas encore reparti bosser. Il arrive juste au même moment. Synchros!. La poulette se sent super bien, elle a hâte de pouvoir se rhabiller, virer cette blouse d’opérée affreuse et surtout : MANGER!!! mais il faut attendre.

13h à 14h…la poulette tourne en rond dans son lit. Le coq fait des allers-retours au labo. Il revient finalement avec les résultats de la ponction : sur les 5 follicules, on a trouvé 4 petits œufs…la poulette sent à nouveau perler des larmes aux coins de ses yeux. Elle est soulagée. Elle en venait même à douter qu’on en trouve. Elle décide de se rhabiller et demande un coup de main au coq pour passer la poche de la perfusion dans la manche de ses vêtements. Quand l’infirmière arrive, elle est super étonnée de la trouver toute habillée. Sa tension est parfaite. « Vous savez quoi? je vous trouve tellement en forme que j’ai même envie de vous apporter à manger dès maintenant! ». La poulette n’y voit aucune objection…(elle est AFFAMEE!!!). Quelques instants plus tard, elle se régale d’un petit-déj bien mérité.

14h. Les rideaux volent. Un courant d’air vient de traverser la pièce. Il s’agit du médecin anesthésiste, passé pour signer sa sortie. 2 phrases, une petite griffe sur le papier, la poulette a à peine le temps d’ouvrir le bec qu’il est déjà reparti!!!

14h et quelques…après divers papiers, le coq part finir sa journée de boulot et la poulette s’installe dans les jardins de la clinique pour attendre la p’tite bouille qui doit venir la chercher (pas le droit de partir seule). Elle pense que le plus dur est passé…(naïve qu’elle est!).

La Fiv (Foetus In Violette) n°1 de la poulette – Etape N°1 : Stim’

La poulette n’a pas publié depuis un bail. Il lui a fallu un peu de temps pour digérer les évènements de Juillet et réussir à mettre des mots dessus…

Juillet 2013

Voici venu le temps (… « des rires et des chants »…oup’sss, non, on s’égare) d’attaquer la nouvelle campagne. La poulette se sent prête.

1er Juillet. Appel des principaux protagonistes : l’Oestradiol? présent! les ovaires? présents! la LH? (ndlr : une coexecutrice de l’Oestradiol, qu’on surveille d’encore plus près ce mois-ci, changement de protocole oblige…) présente!                                                                                                                                                                                                                                         Premier contrôle. Oestradiol à 118. Tout doux, tout doux…la sonde d’échographie reprend joyeusement du service… « Hey! salut, toi! ça fait longtemps qu’on s’était pas vus?! » s’exclame le v**** en l’apercevant. « Quoi de neuf? t’y vois quelqu’chose? »… « Hey! salut!  » répond la sonde. « ben écoute, ça a l’air pas mal, tout semble en ordre là-dedans!…j’reste pas, hein, j’suis pressée, on s’revoit dans une douzaine de jours? ».

4 Juillet. On est jeudi. La poulette part en week-end avec la p’tite bouille. Programme : 4-5h de covoiturage jusqu’à Bordeaux. Menu des réjouissances : le début du traitement de stim’ en soirée. Avant même de partir, en observant son matos, la poulette sait déjà que ça promet d’être folklo : nouveau traitement n’existant pas en stylo (Ménopur), ampoules et solvants à mélanger…et pas juste une ampoule, non (trop facile!), mais 4 ampoules à dissoudre dans 1,5 solvants…(elle se croirait au boulot!). 21h30…pause sur une aire d’autoroute. La poulette se lave les mains et s’enferme dans des toilettes crasseuses…déploiement de champ stérile, plateau, gants, manipulations diverses, injection…10 minutes plus tard, mission accomplie, elle ressort du bloc opératoire des toilettes épuisée, les plumes frisées sous l’effet d’un coup de chaud…les gens doivent se demander ce qu’elle a bien pu faire dans ces wc pour se mettre dans un état pareil…(!)

5-6-7 Juillet. Injections sans histoire tous les soirs dans…une caravane…(!). Si tu as fait plus original, amie fiveuse, la poulette te rembourse la différence!!! (en boites de Ménopur, seringues, aiguilles, compresses…au choix).

8 Juillet. Retour à Paris. 2ème contrôle. Taux à 130. L’Oestradiol vient tout juste d’ouvrir les yeux. Sa pote la LH, à 7,1, est réveillée depuis un moment, ils ne sont pas synchros du tout…danger! la poulette gagne donc le droit de se piquer 2 fois par jour au lieu d’une! (chouette!)

10 Juillet. 3ème contrôle. Taux à 242. L’Oestradiol est en bonne voie. A 1,4, la Lh reste bien sage grâce à sa dose quotidienne d’Orgalutran.

12 Juillet. 4ème contrôle. Taux à 490. L’Oestradiol décolle enfin, Euréka!!!! la Lh se tient à carreaux (2,6). Point avec Dr Fiv l’après-midi…la sonde d’échographie est de la partie. « Hey! comment ça va depuis la dernière fois?! »… »Ben écoute, c’est un peu faiblard, là…tes follicules sont pas aussi nombreux qu’on l’aurait espéré…5, 6…on n’aura pas plus, quoi… ». Douche froide. Les ovaires baissent les yeux, gênés…ils savent qu’ils n’ont pas été à la hauteur. La poulette est déçue.

13 juillet. 5ème contrôle. Taux à 721. L’Oestradiol grimpe, tout va bien à ce niveau-là. La lh se maintient (2,9). Rendez-vous avec Dr FIV demain pour un dernier contrôle écho débrief.

14 Juillet Matin. En sortant de sa nuit de boulot, la poulette saute dans le métro pour aller au cabinet de Dr Fiv. Jour férié. Les gens sont pas frais, ils ont festoyé. La nana qui s’assied nonchalamment devant elle et s’endort les jambes écartées a juste oublié de mettre un string sous son short en cuir ras la ****.  Elle a oublié l’épilation aussi, au passage…miam. La poulette est ravie de ce ragoûtant spectacle de bon matin. A l’arrivée, le cabinet est fermé, les volets sont clos…le patron ouvre la maison et fait chauffer l’appareil d’écho juste pour elle. On attend le verdict de la sonde d’échographie… « Bon, c’est toujours pareil, les gars, 5 follicules, on n’aura pas mieux… ». Ok. Sans surprise. Mais on y va quand même, car il faut avancer. Déclenchement prévu ce soir pour une ponction mardi matin.

14 Juillet Soir. C’est la canicule. Il fait 35°C. La poulette meurt de chaud dans son appartement ensoleillé. Avant de partir entamer sa dernière nuit de travail, elle se dit qu’il ne faut surtout pas qu’elle oublie sa boite d’Ovitrelle au frigo pour le déclenchement ce soir à 0h. Elle l’aurait bien mise dans son sac dès maintenant, mais vue la chaleur, impossible. 18h30 : la poulette part bosser. C’est en arrivant dans l’ascenseur de son Hôpital qu’elle se rend compte de la CATASTROPHE : elle a oublié sa boite d’Ovitrelle à la maison !!!!!!!! arghhhhhhhhhhh!!!!!!!!!!!! elle envoie un SOS à la p’tite bouille qui vient à son secours en rapportant la précieuse seringue à son travail. Sauvée! (merci la p’tite bouille!). A 0h pétantes, la poulette enfile sa tenue de camouflage et file se piquer au vestiaire… A 0h02, l’aiguille passe la peau pour la dernière fois. Done!

 

 

 

 

La poulette qu’avait replongé…

La poulette est allée en désintox tout le mois de Juin. Elle a bien essayé de négocier, argumenter, supplier Dr FIV (qui, accessoirement, est aussi son dealer), même en lui écrivant un courrier de sa plus belle plume (plume…de poulette…ha ha!!!  jeu de mot), rien n’y a fait. La situation n’était pas optimale : après échographie débrief, les ovaires gardaient quelques kystes rancoeurs suite aux évènements du mois de Mai. De plus, Dr Fiv avait peur que la poulette fasse un badtrip…il a donc refusé de lui fournir sa came et de la remettre trop vite sur une nouvelle campagne…et même si elle était impatiente, en manque, la poulette a parfaitement compris que c’était dans son intérêt.

Puis Juillet est arrivé…la came a été livrée…et la poulette a replongé, avec joie. Elle s’est gavée d’oestrogènes matin et soir, histoire de préparer le terrain pour la prochaine campagne en vue…

Cette campagne, c’est THE campagne,  la campagne de sa vie, la  « Foetus In Violette »…marque déposée, signée « La p’tite bouille »…(ou FIV, mais c’est tellement surfait…). La poulette ne sait pas encore si elle réussira à la décrocher, ni si elle pourra la mener à bien, mais une chose est sûre : elle se tient prête. Et elle attend. Encore, et toujours.

L’alphabet de la poulette

A – AMP (Aide Médicale à la Procréation). L’ONG favorite de la poulette, pour laquelle elle fait du bénévolat depuis un bail.

B – Bêta Hcg. Ces p. de Bêta Hcg qui veulent jamais être positifs.

C – Clearblue. Cette connasse de Claire à qui la poulette a envie de faire bouffer ses p. de tests de m. par tous les orifices naturels.

D – Dame nature. Une autre connasse qui fait chaque mois des cadeaux de très mauvais goût.

E – Echographie. Le PQR (Plan Q Régulier) de la poulette. Au minimum 3-4 fois par mois. Rapports endo-vaginaux exclusivement.

F – FIV – (Foetus In Violette). La technique d’AMP en laquelle la poulette met tous ses espoirs.

G – Grossesse. Un événement courant de la vie. Ou de la pure science-fiction (selon que t’es une fille normale ou la poulette)

H – Hématomes (tons : du jaune au violet, au choix). La déco préférée du bide de la poulette en période de stim’.

I – Infertilité. Tssss! pas de gros mot sur ce blog, merci.

J – J1. Le jour du mois où la poulette pleure le plus.

K – Kleenex. Un compagnon de voyage fidèle de la poulette.

L – Lumière. Celle que la poulette ne voit pas (encore) au bout du tunnel.

M – Ménopause. L’ennemi n°1 de la poulette en AMP. Miracle…ce qu’il faudrait à la poulette, au point où elle en est.

N – Nullipare. L’insulte suprême.

O – Ovitrelle. Un ami qui fait bouger les choses.

P – Poulette. Votre serviteur.

Q – Quand?. La question que se pose inlassablement la poulette.

R – Rage. Celle que la poulette a. Trop.

S – Spermogramme. L’une des réjouissances spécialement réservées au coq.

T –  Terre (entière). Celle à qui la poulette en veut.

U – Utrogestan. Un ami de nidation (pour l’instant, la poulette attend encore qu’il fasse ses preuves).

V – Ventre. Là où tout se passe. Ou rien (selon que t’es une fille normale ou la poulette).

W – Wonderful world. Wonderful life. Il parait. La poulette a du mal avec le concept. Elle réclame du concret.

X – Xanax. La poulette n’y est pas encore, mais pas loin.

Y – Yay! (traduction : chouette, youpi). Interjection de série américaine. Cri de poulette série-vore quand elle a un bon oestradiol, ou de beaux follicules.

Z – Zen. Plus zen que la poulette, tu meurs.

La poulette mange des crêpes

Depuis que la poulette a créé son blog, elle a observé plusieurs types de réactions.

D’abord, il y a les fidèles, ceux qui sont là au quotidien, qui n’ont pas appris grand chose sur le blog (puisqu’ils sont au courant en temps et en heure, bien avant un éventuel article), mais qui soutiennent coûte que coûte. Ceux-là sont très peu nombreux, mais c’est justement en cela qu’ils sont précieux.

Ensuite, il y a les concernés…les copines du net, les copines de galère, qui vivent la même injustice, le même combat, qui se reconnaissent sûrement dans le blog et qui encouragent l’initiative autant qu’elles supportent le parcours. 

Ensuite encore, il y a les occasionnels, ceux qui survolent la situation, trouvent le blog sympa, se penchent dessus ponctuellement et envoient de temps à autre une petite pensée sincère. 

Enfin, il y a les absents. Ceux qui n’ont eu aucune réaction, n’ont pas plus compris (ou en tout cas, l’ont bien caché), et qui, blog ou pas blog, restent définitivement silencieux. C’est ainsi.

Et puis…il y a les inattendus. Ceux qu’on aurait pu croire dans la catégorie précédente. Ceux qui semblaient indifférents, qui ne se sont jamais trop manifesté, ou de manière très discrète, mais qui, par la lecture du blog, ont percuté et répondent présents. Ces derniers sont une bien jolie surprise.

C’est ainsi qu’un jour de repos, vers la fin-mai, entre midi, la poulette reçoit un sms lui demandant si elle est déja sortie de chez elle. La poulette avoue que, vu le temps de chiotte, entre deux averses de grêle, non, elle n’est pas encore sortie, et a du mal à trouver le courage de le faire. L’expéditeur du sms habitant dans les environs, elle imagine aussitôt le pire dehors : une catastrophe naturelle à Poulette’land. UN INCENDIE!!!!! le quartier entier pris par les flammes, le ballet aérien des canadaires…la poulette sent une odeur de brûlé dans son appartement, elle roule des serviettes humides pour calfeutrer portes et fenêtres…UNE TORNADE!!!!! les arbres arrachés, les toits qui s’envolent…la poulette entend déja le vent souffler, elle aperçoit dans le ciel le tourbillon gris, comme dans « Twister », elle court s’enfermer dans l’abri souterrain…UN TREMBLEMENT DE TERRE!!!!! les immeubles qui s’effondrent, la poussière de béton dans l’air…la  poulette voit les murs trembler, les objets tomber des étagères, elle se cache sous sa table basse. UN TSUNAMI!!!!!!  les vagues gigantesques, les voitures qui flottent dans sa rue…la poulette entend le clapotis de l’eau qui monte dans sa cage d’escalier, elle se réfugie sur le toit de son immeuble et attend l’évacuation par hélicoptère…

Et puis…ouvrant la porte de son appartement…elle découvre simplement un petit paquet sur son paillasson. Un petit paquet tout long, tout mou, accompagné d’un message : « Pour Violette, histoire de lui donner un peu de baume au coeur ». Elle ouvre le paquet : des crêpes. Mais des crêpes immenses…tellement immenses qu’elle pourrait s’en faire une cape à drapper sur son corps de poulette…des crêpes douces et moelleuses….tellement moelleuses qu’elle en prend une pour enrouler autour de son coeur, lui offrant une protection molletonnée contre les chocs qui l’attendent encore…des crêpes délicieuses avec de vrais grains de vanille, et de la fleur d’oranger…tellement délicieuses qu’elle en manque de croquer la dernière…et son coeur avec.

Soudain, le feu est éteint, le vent est tombé, le sol a fini de trembler, la mer s’est retirée.

Le blues de la poulette

31 Mai 2013.

A l’aube du mois de Juin, la poulette doit bien reconnaître qu’elle est mal barrée. Entre des ovaires narcoleptiques, un Oestradiol à la réactivité d’un diesel, des spermatos au sens de l’orientation douteux, un Dr FIV qui veut laisser passer un cycle de repos, et un coq qui part en vacances en Juillet…elle se dit qu’elle a vraiment une équipe de bras cassés. Comme à son vrai job, tiens…(oui, parce que l’AMP, c’est l’activité BENEVOLE  de la poulette , hein, qu’on soit bien d’accord…ça paraît fou, vue l’ampleur de la chose, mais la poulette n’est pas payée pour ça…). Donc, à son vrai boulot aussi, on disait, c’est joyeux. Après les aide-soignantes, c’est les puer qui s’y mettent : une en congé maternité d’une durée de 14 mois (on ne naît pas tous égaux, que veux-tu…), une qui contracte à 26SA et des brouettes, une autre qui contracte encore plus tôt, et une dernière qui se tire…;) (ndlr : la dernière qui reste, à part la poulette, elle est ménopausée…pfffiou!!!! on est sauvés!!!!…quoi que…y’a bien 2 remplaçantes…une un peu périmée, mais une jeunette à surveiller…on n’est pas à l’abri d’une nouvelle grossesse catastrophe…)…une équipe de bras cassés. Cherche pas.

13 jours après le lancement de la campagne « FIV n°1 transformée en Insémination n°5  » , la poulette ayant passé la moitié de sa journée au lit à cause d’un horrible mal de crâne, elle sait déjà que les chiffres ne seront pas concluants. Le lendemain, le résultat tombe, écrit à l’encre rouge : c’est négatif. Bon. Comme d’habitude, finalement…(Hey! what did you expect?!)

Elle a le blues, la poulette. Parce que ce qu’il faut savoir, c’est que l’AMP, c’est comme un jeu de hasard. Là déjà, quand on sait ça, ça commence mal, car la poulette n’est pas très joueuse. Non pas qu’elle n’aime pas ça, au contraire, c’est juste qu’elle n’a pas la main chanceuse. Comme pour faire un bébé (sauf que pour faire un bébé, c’est pas tout à fait la main, c’est plutôt…enfin…euh….?!). Ensuite, à ce jeu-là, quand tu perds, non seulement tu retournes à la case départ, mais en plus, tu écopes de pénalités. Tu passes ton tour, une fois, ou deux, ou trois (selon les cartes que t’as tirées : kystes aux ovaires, absence de ton coq, vacances de ton gynéco…). Hé oui! c’est l’jeu ma pauvre Lucette Poulette! et là tout de suite, la poulette se dit que s’il faut attendre jusqu’à Août, ou Septembre, elle peut direct aller se pendre dans son poulailler, avec un brin de foin. 

Elle a le blues, la poulette. Une chose est sûre, au moins : elle est totalement raccord avec le temps qu’il fait dehors. Il pleure dans son coeur, comme il pleut sur la ville…(ça, c’est Verlaine, référence littéraire n°3, ami inculte). Et là tout de suite, la poulette te laisse, il faut qu’elle aille l’essorer, son coeur. (Ndlr : penser à acheter une essoreuse automatique. C’est fatiguant, à la longue).

Va t’faire inséminer, poulette!

(Ndlr : ce billet fait suite au billet « Fivera, fivera pas »…)

C’est finalement 2 jours plus tard que la poulette va en savoir plus.

Si la campagne FIV était un peu trop ambitieuse pour les ovaires (en raison d’un trop fort traitement d’une trop forte pression qui leur avait fait perdre tous leurs moyens), lors du dernier contrôle écho débrief, ils avaient quand même de bonnes idées à exploiter. Ils en avaient 6, plus précisément : 4 bien matures, et 2 autres à mûrir encore un peu. Le plan B du patron, c’est de mettre à profit ces idées pour une autre campagne, histoire de ne pas les perdre…ce serait trop dommage. Il met donc la poulette sur le coup. Les ovaires l’ont un peu mauvaise. Dans un moment d’emportement, ils insultent même la poulette, lui disant d’aller se faire inséminer…(un peu plus tard, ils s’excuseront, confus…).

Vexée, la poulette les prend au mot. Aujourd’hui 17 Mai, elle va se faire inséminer. Pour la 5ème fois. Ou la 4ème « vraie », ça dépend comment on compte…(dans le lot, y’en a eu une un peu foireuse).

9h07. Sms de la pie du coq qui chante, matinal : « La préparation est dans la basse-cour. Je répète : la préparation est dans la basse-cour » ( le coq entre dans le jeu de la poulette. Il prend les choses avec humour…remarque : vaut mieux! ).

11h15. Départ poulailler, direction labo basse-cour. La poulette se sent un peu comme dans un remix de La Fontaine…vise un peu :

« La Poulette, ayant sniffé et piqué
Tout l’mois d’avril-mai,
Se trouva fort dépourvue
Quand la FIV fut venue :
Pas assez de folliculos
Un Oestradiol un peu faiblo.
Elle alla crier famine
Chez Dr FIV,  à l’officine,
Le priant de lui prêter
Quelqu’ovocyte pour subsister
Jusqu’à la saison nouvelle.
« Je vous paierai, lui dit-elle,
Avant l’Oût, foi d’animal,
Béta HCG au d’ssus d’la normale ».
Dr FIV n’est pas prêteur :
C’est là son moindre défaut.
Que faisiez-vous au temps chaud ?
Dit-il à son emprunteur.
– Nuit et jour à tout venant
Je fivais, ne vous déplaise.
– Vous fiviez ? j’en suis fort aise.
Eh bien! inséminez maintenant ».

Midi. Arrivée basse cour. Un peu d’attente…beaucoup de pintades qui se dandinent, de poules couvant poussin, des coqs venant parader…puis c’est son tour. Le biologiste (tu le reconnais aisément, c’est un coq en blouse blanche, qui a une crête plus grande que les autres) fait signer quelques brindilles à la poulette avant de lui remettre la préparation de grains.

Midi et quart. Retour métro. La poulette se remet en route, son précieux paquetage entre les plumes. Il faut en prendre soin, essayer de le tenir droit et de ne pas trop le chahutter…la poulette se dit que ça ne serait pas le moment qu’on lui pique son sac…(essaye un peu pour voir!)…le premier qui la bouscule, elle le réduit en brochette d’un uppercut  du bec! (boxing poulette…une poulette qui a faim de grains, c’est méchant. TRES méchant).(poulette ROUGE > mais pourquoi est-elle si MECHANTE?!!!).

13h. Arrivée cabinet Dr FIV. La poulette se met à plume et s’installe. Et là…insémination version « Haute-couture ». Un défilé en avant-première, sous contrôle échographique (même que la poulette, elle  a une place VIP…elle aperçoit le cathéter qui monte, et les petites graines équipées d’un GPS qui gravitent au fond de son utérus).

13h40. Point avec secrétaire Dr FIV. Règlement du forfait pour l’ensemble des consultations, échos, et actes médicaux de ce cycle…gloup’sss!  – caquètement de poulette choquée -. Après l’ère de la haute-couture, viendra celle de la fripperie (la p’tite bouille demandera plus tard à la poulette si elle a déja pensé aux spermatos d’occas’…mais non! NON! la poulette ne mange pas d’ce grain-là. En matière de graines de spermatos, elle a sa marque fétiche… »Maître Coq », que ça s’appelle).

13h45. Départ cabinet Dr FIV. Mission accomplie. A cet instant précis, la poulette se sent comme dans un remix de Corneille. Vise un peu :

« Nous partîmes cinq cent ; mais par un prompt renfort, nous nous vîmes trois mille 22 410 000 en arrivant au port » (comment ça, c’est quoi?…c’est « Le Cid », enfin! – oui, la poulette a des références littéraires…toi non, apparemment – ). 22 millions de grains. La poulette est rassasiée…mais elle  s’est tellement goinfrée qu’elle en a des crampes jusqu’au lendemain. Elle frise l’indigestion.

14h40. Retour poulailler. Le compte à rebours est enclenché. La poulette a 2 semaines pour fabriquer un p’tit oeuf. Enfin…2 semaines, ou bien une quarantaine…(si elle est vraiment gentille, la ferme lui accordera un délai).

Ndlr : maintenant que c’est fait, la poulette va devoir rivaliser d’ingéniosité pour faire passer le temps plus vite. Pour le lendemain, elle a déja trouvé : elle va à la nuit des insés musées.